Villecerf

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : France

Villecerf est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villecerfois(es).

Villecerf est à 6 km au sud de Moret-sur-Loing. Le village est installé sur la rive gauche de la rivière l’Orvanne.

La Fondoire, Pilliers, parc de Saint-Ange, ferme de Trin, La Justice.

Rivière l’Orvanne.

Les documents les plus anciens mis au jour aujourd’hui sont du XIe siècle. Aucun document direct n’a été trouvé. Villecerf faisait partie du Gâtinais, rattaché au royaume de France en 1061, sous le règne de Philippe Ier.

À cette période, la paroisse de Villecerf va dépendre de l’archevêché de Sens. Villecerf comprend nombre de fiefs et arrière fiefs : Villecerf qui donne donc son nom à la paroisse, Bezelet, La Motte aux Ratheaux, Le Dy, Pilliers qui sont tenus par des familles locales, qui toutes s’éteindront avant le XIVe&nbsp runners water bottle carrier;siècle, plusieurs d’entre elles à la Croisade et un monastère Grandmontain Saint-Étienne de Trin. La paroisse de Villecerf comprend alors plusieurs châteaux et mottes féodales. À la suite des épidémies de peste du XIVe siècle et de la disparition de ces familles tenant fief, comme d’ailleurs nombre de familles du circonvoisinage, l’archevêché de Sens remodèlera l’emprise des paroisses. C’est ainsi que l’emprise du monastère de Trin sera inscrite dans la paroisse de Villecerf, alors qu’il dépendait primitivement de la paroisse de Villemer.

Villecerf ne sera pas mentionnée dans la prisée de 1332. De cette première période de son histoire, où sera construit dans la fin du XIIe siècle la première église paroissiale, il en reste des vestiges, et surtout des vestiges de décorations d’une extrême qualité : pierres sculptées, culs de lampes faits d’angelots ou de diables…

Les seigneurs de Villecerf disparus au XIIe siècle, la seigneurie et ses droits seigneuriaux seront acquis par les grandes abbayes parisiennes, puis par des familles du parlement de Paris, jusqu’à son achat par François le Charron, chevalier, 1er baron de Saint-Ange, vicomte d’Orval, baron d’Encours, trésorier général de l’extraordinaire des guerres, premier maître-d’hôtel de la reine, conseiller du roi en tous ses conseils. François le Charron, détenteur des droits de justice de la seigneurie de Villecerf, qui avaient été rétablis pour Anne de Pisseleu duchesse d’Étampes en 1537, fera rétablir les fourches patibulaires alors à trois piliers en fourches à deux piliers toddler water bottle, à la limite des deux seigneuries, celle de Saint-Ange où il résidait dans son château de Saint-Ange et celle de Villecerf. Ces fourches patibulaires resteront en place jusqu’à la Révolution. Elles étaient placées au lieu-dit plus tard le Bois des Couardes, peut-être à cause de l’effroi qu’elles suscitaient. François Le Charron augmentera les jardins d’eaux de Saint-Ange alimentés par la rivière de l’Orvanne, pour rivaliser avec ceux établis en amont à Dormelles, et en aval à Ravannes. L’exceptionnelle plaque tombale de François Ier Le Charron mort en 1651, est dans l’église Saint-Martin de Villecerf, où malheureusement elle se trouve, faute de soins appropriés, en grand danger.

La seigneurie de Saint-Ange devenue baronnie en 1628 puis marquisat en 1652 sera démantelée en 1790 lors de la création des communes. Le château et le finage de l’ancien fief de Beaumont sont alors attachés à la commune de Villecerf, tandis que les parties nord et est de la seigneurie sont rattachées au village voisin de Dormelles, avec son château fort de Challeau, l’ancien siège des droits seigneuriaux de la seigneurie de Challeau.

Une route construite lors de la réalisation des « grands chemins de communication » sous la Restauration, en l’espèce celle de Montigny à Voulx, l’actuelle départementale D 22, sépare le château de Saint-Ange de son jardin nord, en passant au pied même des murs des terrasses.

Des champs de pylônes électriques à très haute tension sur trois unités en champ, défigurent la plaine de Villecerf, en séparant maintenant le village de Villecerf de son site de Saint-Ange sur son versant ouest, brisant l’élégance et la profondeur de la vue. [réf. nécessaire].

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d’un recensement qui repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006.

En 2014, la commune comptait 707 habitants, en diminution de -8,42 % par rapport à 2009 (Seine-et-Marne : 4,68 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

Sur les autres projets Wikimedia :